Published on April 27 2013

Hier j'ai failli avoir une crise cardiaque : je marchais dans la rue et j'ai cru voir sa silhouette, surgir au coin de la rue, mon coeur a fait un grand sursaut dans son trop petit habitacle, il a failli imploser, ou exploser, je sais pas, mais il a fait un grand bond jusque dans ma gorge, gorgé d'oxygène, puis est redescendu dans le bas de mon ventre et s'y est niché, ko, petit, tout petit, ou plutôt énorme, trop énorme. Puis, de battre il s'est arrêté, je crois bien, je sais pas. De couler, le sang dans mes veines s'est arrêté. De respirer, ma bouche s'est arrêtée. De penser à un quelconque truc censé, mon cerveau s'est arrêté. BANG BANG BANG BANG ! ça a fait, dans ma tête et jusque dans l'habitacle, et pour finir jusque dans le ventre. Ma gorge s'est nouée, j'ai failli vaciller, dans les pommes, tomber, la tête sur l'asphalte, la gueule par terre.

Puis sa silhouette s'est fondue dans la foule, dans la foule urbaine, dans la jungle, multitude de silhouettes, parapluies noirs, rouges, bleus, multitude de couleurs, dans la pluie qui tombait sur la jungle. Le bitume humide a reflété la mienne, de silhouette, presque à vaciller, et le coeur dans l'habitacle qui de battre avait failli s'arrêter net, et le ventre noué.

Je me suis accrochée une seconde à une cagette de pommes, l'étal d'une petite épicerie de quartier, j'ai tourné la tête, les parapluies ont continué leur marche, sous la pluie dans la jungle, je ne respirais plus. Et ce qui ressemblait à sa silhouette avait disparu.

See comments

Written by Daphné Dolphens

Repost0